Skip to main content

Identifier les facteurs de risque psychiques et environnementaux des maladies cardiovasculaires et des troubles psychiques

Le but de l’étude

De nombreuses études suggèrent que les maladies cardiovasculaires et les troubles psychiatriques (dépression ou perte de la mémoire) se manifestent souvent ensemble. L’origine de ce lien reste pourtant inconnue. A ce jour, peu d’études portant sur les mécanismes de ces troubles ont d’ailleurs combiné un examen physique avec une évaluation psychologique détaillée.

Lancée en 2004, l'évaluation psychologique comporte des entretiens psychiatriques standardisés menés par des psychologues expérimentés. Cette investigation vise à trouver des réponses aux questions suivantes: Quelle est la fréquence des troubles psychiatriques dans un échantillon aléatoire de la population lausannoise? Les troubles psychiatriques augmentent-ils la vulnérabilité aux maladies cardiovasculaires, et inversement? Est-ce que ces maladies et les troubles psychiatriques ont des causes communes?

La meilleure compréhension des interactions entre la santé cardiovasculaire et la santé mentale à long-terme devrait servir à développer des stratégies plus efficaces pour la prévention et le traitement des maladies cardiovasculaires et des troubles mentaux.

Les participants

Qui sont les participants?

Tous les participants âgés de 35 à 66 ans du suivi physique de base ont été sollicités pour participer également au suivi psychologique. Lors des premier et deuxième suivis, toute la cohorte a été invitée à participer aux évaluations psychiques. Plus de trois quart de la cohorte ont accepté de participer au moins une fois à cette investigation psychologique, soit plus de 5000 personnes, âgées de 35 à 75 ans au début de l’étude. De plus, 1400 parents de premier degré (parent biologique, frère ou sœur, enfants et conjoints) ont aussi pris part à cette évaluation psychiatrique.

Comment se déroulent les examens?

Les psychologues interviewent les participants lors d’un entretien d’environ deux heures pour évaluer leur santé psychique et celle de leurs proches. Les volontaires  remplissent ensuite pendant 45 minutes des questionnaires sur leur santé physique, les événements de leur vie et certaines caractéristiques de leur famille.

Quels examens sont réalisés?

Les entretiens portent sur:

  • les troubles de l’humeur et autres maladies psychiatriques
  • la migraine, souvent associée aux troubles psychiatriques
  • les évènements de vie
  • une évaluation de la personnalité, du tempérament, du fonctionnement familial, du soutien social et de la qualité de vie
  • un dépistage des maladies cognitives chez les personnes âgées de 65 ans et plus.

Mes données restent-elles confidentielles?

Toutes les données sont couvertes par le secret médical. Elles sont alors codées par un numéro afin de garantir leur confidentialité. Seul l’investigateur principal et ses  collaborateurs directement rattachés ont accès aux informations personnelles. Ceci leur permet de contacter les participants si une suite à PsyCoLaus tirait parti des données déjà recueillies. Les participants peuvent bien sûr refuser à tout moment d’être recontactés ou demander la suppression de leurs données nominatives.

Les participants sont-ils rémunérés?

Non, ils ne sont pas rémunérés pour leur participation à l'étude, mais leurs frais de déplacement pour se rendre au centre de recrutement ou se garer à sa proximité sont couverts à concurrence de Frs. 10.-. Les entretiens peuvent aussi être conduits au domicile.

Quels sont les avantages pour les volontaires?

Les volontaires n’ont pas de bénéfices immédiats à participer à PsyCoLaus. Par contre, ils ont la possibilité d’obtenir une appréciation du résultat de l’entretien psychologique et des tests neurocognitifs, par l’intermédiaire de leur médecin traitant ou de l’investigateur principal. Les données génétiques et celles sur les marqueurs biologiques ne sont toutefois pas accessibles aux participants.  

Les volontaires contribuent en outre à une meilleure compréhension des liens entre les maladies cardiovasculaires et certaines troubles psychiatriques. Avec leur accord, nous les informons périodiquement du progrès des recherches qui découlent de ce projet.

Les examens de suivi

Le deuxième suivi psychologique est en cours. Il a débuté en 2015 et se termine au 31 mars 2018. Le troisième suivi commencera parallèlement au suivi physique au printemps 2018.

+ de 5000

personnes ont participé à PsyCoLaus au moins une fois. Après une participation de 3720 personnes à l'investigation psychologique de base, le premier suivi, réalisé entre 2010 et 2014, incluait 4007 participants, alors que le deuxième suivi se terminera au printemps 2018. Les données collectées sont en cours d’analyse.

Notre équipe

Prof. Martin Preisig

Prof. Martin Preisig

Investigateur principal

Christine De Gunten
Secrétaire
Gioia Roccia
Psychologue associée, responsable des psychologues
Joachim Knuchel
Psychologue, superviseur des psychologues
Dre Caroline Vandeleur
Psychologue de recherche
Dr Giorgio Pistis
Collaborateur de recherche
Dr Mehdi Gholam-Rezaee
Statisticien
Enrique Castelao
Data manager
Marie-Pierre Strippoli
Data manager
Sirak Gebreab
Doctorant
Dominique Rudaz
Doctorant
Anne-Isabelle Abt
Psychologue
Marina Apelbaum
Psychologue
Yasmina Bouflioune Dubois
Psychologue
Sanja Cvetic
Psychologue
Léonor Freschard
Psychologue
Laura Grigoruta
Psychologue
Charline Grillon
Psychologue
Pilar Lorente
Psychologue
Tamara Mermod
Psychologue
Patricia Muller
Psychologue
Kessie Roc
Psychologue
Sébastien Wangeler
Psychologue

News

La dépression, déclencheur d’obésité?

Un certain type de dépression entraînerait un surpoids, parfois des années après sa guérison. C'est la découverte surprenante qu'a faite en 2016 la cohorte CoLaus|PsyCoLaus.